«Certains scientifiques sont devenus des fanatiques religieux»

L'interview du philosophe des sciences Michael Esfeld, par Amèle Debey.

Le grand public a découvert Michael Esfeld l’année dernière, lors de la campagne contre la loi Covid. Philosophe allemand des sciences et de l’esprit, il semble particulièrement bien placé pour commenter la crise, depuis son bureau de l’Université de Lausanne où il enseigne. Comme bien d’autres avant lui, Michael Esfeld paie ses prises de position sur la pandémie. Dernièrement, c’est dans un article de presse qu’on lui reproche d’incarner un débat sur la gestion de cette crise. L’Impertinent, a tenu à le rencontrer pour recueillir sa réaction.

Amèle Debey, pour L’Impertinent: Bienvenue dans le club très prisé de ceux que l’on considère désormais comme des «complotistes»!

Michael Esfeld: Merci! A cela près que tout ce qu’ont annoncé lesdits «complotistes» arrive, n’est-ce pas? Il y a des hypothèses de complot qui sont correctes. Mais lorsque l’on accuse quelqu’un de répandre des fake news, il faut au moins lui dire ce que sont supposées être ces fake news. Et si on parle de complots, desquels?

Lorsque le journaliste du 24 heures vous demande si vous ne voyez pas de problème dans le fait de répandre de fausses nouvelles, vous précise-t-il celles auxquelles il fait allusion?

Il a notamment été question de mon affirmation selon laquelle les pays les moins stricts en en matière de mesures n’ont pas payé un tribut plus lourd en termes de mortalité. Mais chacun sait que la Suède n’a pas eu plus de dégâts que la Suisse ou la France.

Mais on ne peut pas comparer la Suède avec la Suisse. Ce ne sont pas les mêmes conditions, la même démographie, la même culture…

On ne peut effectivement pas comparer un seul pays à un autre, ce ne serait pas correct. Mais si vous prenez un groupe – comme l’Europe, par exemple – vous pouvez faire une étude comparative. Si l’échantillon est assez grand, on peut arriver à des conclusions représentatives.

En Europe, on ne constate pas de corrélation entre la dureté des mesures et le nombre de morts, ni même le nombre d’hospitalisations. Et c’est la même chose aux Etats-Unis, si on compare la totalité des 50 Etats entre eux. Si les règles d’hygiène de base sont respectées (lavage des mains, distanciation, port du masque dans les foules), les mesures les plus coercitives, qui concernent les droits de l’Homme, n’ont que peu d’impact sur la mortalité. La méta-analyse de l’institut Johns Hopkins qui a été publiée récemment confirme ce constat.

Pour revenir à l’article du 24 heures: est-ce qu’il vous a surpris?

Oui! C’est un quotidien vaudois. Il me semble qu’il y a d’autres actualités dans le canton de Vaud, dans la Suisse et dans le monde qu’un prof universitaire qui critique, depuis longtemps, certaines mesures gouvernementales et le rôle que la science joue dans leur justification.

Je me suis prononcé notamment dans le contexte de la votation du 28 novembre. C’était il y a deux mois. Pourquoi cet article arrive-t-il maintenant et pourquoi cela vaut-il un article?

C’est complètement normal qu’il y ait un débat académique à ce sujet. Et nous avons ce débat. Peut-être davantage aux Etats-Unis qu’en Suisse, mais c’est un petit pays. La Suisse romande est une petite région. Peut-être que ce débat est moins présent ici, mais en Suisse alémanique, il existe.

Des juristes, des professeurs de droit se prononcent, mais aussi quelques professeurs de médecine, comme Pietro Vernazza, ou encore Konstantin Beck, professeur d’économie de la santé.

En France aussi, on a ce débat. Vous connaissez Laurent Mucchielli et cette pétition contre la nouvelle religion vaccinale. Donc ce débat existe et il n’y a rien d’extraordinaire là-dedans.

Donc, finalement, l’existence même de cet article en dit plus que son contenu?

Oui. Et j’ai été étonné par la façon dont il a été rédigé. Normalement, il est bon de donner des exemples lorsque l’on parle de fake news qui sortent du cadre normal d’un débat académique.

Savez-vous quels propos on vous reproche? A part l’exemple cité précédemment?

Non. Le journaliste ne me l’a pas dit.

Qu’en est-il du titre employé, dans lequel il est affirmé que vous embarrassez l’UNIL?

Je ne sais pas en quoi j’embarrasse l’UNIL. Il semble que le recteur non plus d’ailleurs.

Tout ce que je peux dire, ce sont les deux choses suivantes: primo, je fais mon travail. La philosophie des sciences examine depuis toujours et de manière critique les prétentions à la connaissance émanant des scientifiques.

Deuxièmement, tout ce que j’ai dit est la suite logique de mon discours sur le rapport entre les sciences de la nature et les sciences humaines depuis toujours. J’ai récemment sorti un livre, Sciences et liberté, rédigé avant la crise Covid, qui est un livre philosophique dans lequel je défends la liberté humaine et l’autonomie des sciences humaines contre certaines prétentions à une connaissance englobant l’être humain dans sa totalité, qui émanent des sciences de la nature. En bref, l’être humain ne se réduit pas au fonctionnement de son corps.

On vous décrit, toujours dans ce titre, comme un «prof rebelle». Avez-vous le sentiment d’être un peu seul à défendre ces idées?

Il y a beaucoup de collègues qui pensent pareil, mais évitent de le dire à visage découvert, car cela expose à des mails d’insultes. La stratégie semble être de décourager les voix critiques à s’exprimer publiquement. Et ça marche. Même si certains le font quand même. Pensez par exemple au courage que mon ancienne collègue, Suzette Sandoz, montre en exprimant les choses avec clarté et précision.

Pour lire la suite, c’est par ICI!

Nous soutenir
Votre don permet à CovidHub.ch de rester gratuit et d’assurer sa qualité éditoriale.