Conférence «interdite» à Genève: cinq experts dénoncent le scandale sanitaire du Covid

par Jean-Dominique Michel, référent en santé publique de Covidhub.

Je suis intervenu en compagnie des Pr Christian Perronne, Astrid Stuckelberger et Alexandra Henrion Caude ainsi que du Dr Pablo Buono le jeudi 24 février, dans le cadre d’une conférence organisée par le Grand Éveil Genevois.

Selon le communiqué des organisateurs : « les médias mainstream suisses ont tenté de saboter la conférence, en la dénigrant publiquement et en mettant la pression sur le Club suisse de la presse, qui avait loué ses locaux aux organisateurs. La Conférence a finalement eu lieu après négociation mais les médias comme la Radio Télévision Suisse et d’autres représentant de la presse comme « le Temps » qui étaient invités ne sont pas venus. »

  • Pour lire « La conférence complotiste au Club suisse de la presse maintenue, sous conditions » sur Le Temps : cliquer ici.

La censure n’a évidemment pas tardé : immédiate sur Facebook, dès le lendemain sur Youtube et autres plateformes intéressées à l’opération en cours (à peu près aussi profitable, rappelons-le, pour les géants du numérique que pour Big Pharma).

Pourtant, à nouveau, tout ce que nous avons énoncé dans le cadre de cette conférence est sourcé et vérifiable. Il s’agit des informations nécessaires à la compréhension de la crise dite sanitaire, que les médias occultent avec acharnement.

Avec une question dès lors fondamentale : quand les gouvernements et la presse désinforment à outrance, privant les parlementaires comme la population des informations nécessaires à comprendre la réalité d’une situation, la démocratie est-elle encore possible ?

J’ai rappelé au cours de cette soirée la somme de dérives qui se sont produites et en cours, objets d’appels pressants depuis une année et demie de la plus intègre des grandes revues médicales, le British Medical Journal. En novembre 2020, son rédacteur en chef alertait:

« La science est ici réprimée pour des raisons politiques et financières. Le Covid-19 a déclenché la corruption de l’État à grande échelle, et elle est nuisible à la santé publique. Les politiciens et l’industrie sont responsables de ce détournement opportuniste. Les scientifiques et les experts de la santé le sont également. La pandémie a révélé comment le complexe politico-médical peut être manipulé en cas d’urgence, à un moment où il est encore plus important de sauvegarder la science.

Le complexe médico-politique tend à supprimer la science pour engraisser et enrichir ceux qui sont au pouvoir. Et, à mesure que les puissants deviennent plus prospères, plus riches et plus intoxiqués par le pouvoir, les vérités dérangeantes de la science sont supprimées. Lorsque la bonne science est supprimée, les gens meurent. »

  • Pour lire « Lorsque la bonne science est réprimée par le complexe médico-politique, des gens meurent » sur Anthropo-logiques : cliquer ici.

Cette année encore, la prestigieuse revue insistait devant l’énormité de la fraude en cours:

« Les entreprises pharmaceutiques engrangent d’énormes bénéfices sans que leurs allégations scientifiques ne fassent l’objet d’un examen indépendant adéquat. Le but des régulateurs n’est pas de danser au rythme des riches sociétés mondiales et de les enrichir davantage ; il est de protéger la santé de leurs populations. Nous avons besoin d’une transparence totale des données pour toutes les études, nous en avons besoin dans l’intérêt du public, et nous en avons besoin maintenant. »

  • Pour lire « Le British Medical Journal exige la publication immédiate de toutes les données relatives aux «vaccins» géniques » sur Covidhub : cliquer ici.

Pour un ensemble de raisons exposés par les experts présents à cette conférence, le plus grand scandale sanitaire de tous les temps est prêt à être dévoilé au grand jour. Avec toutefois comme obstacle la répression des « instances scientifiques » et des médias, lesquels couvrent d’un manteau de propagande la vérité sourdant de toutes parts.

Pour en donner un bref exemple, voici l’analyse faite par un Docteur en sciences du principal essai clinique publié par Pfizer :

Cet essai clinique est rempli de biais. C’est un travail d’amateurs. Il ne ne peut absolument pas être pris au sérieux par un professionnel. Toute cette étude est soit une vaste blague, soit une escroquerie. Comme les sociétés pharmaceutiques sont dénuées d’humour, il reste l’hypothèse de la fraude. La société Pfizer a été condamnée en 2009 à une amende de 2,3 milliards de dollars pour publicité mensongère. En réalité, Pfizer est une société criminelle récidiviste qui accumule aujourd’hui plus de 10 milliards d’amendes pour corruption de médecins, fraude, publicité mensongère, violation des règles de sécurité pharmaceutiques et bien d’autres méfaits.

Nous rappelons que l’autorisation de mise sur le marché du Comirnaty a été délivrée uniquement sur la base des documents issus du fabricant. C’est un peu comme si pendant un procès l’accusé était chargé d’amener la preuve de sa culpabilité, qu’il ne trouvera pas car il se prétend innocent. Le processus de validation du vaccin Comirnaty est clairement partial, laissé à la discrétion de délinquants récidivistes. Il est dérogatoire sur toutes les procédures de sûreté.

Comme si cela ne suffisait pas, une enquête du British Medical Journal, l’une des revues médicales les plus réputées au monde, a révélé une fraude majeure dans l’un des centres de tests ayant mené une partie de l’étude clinique sur le Comirnaty. L’ampleur de l’escroquerie est telle qu’elle remet en question l’étude dans son intégralité. En effet, Pfizer était au courant ainsi que le CDC, l’autorité états-unienne de contrôle des maladies.

  • Pour lire « Injections, piège à Covidés » sur Anthropo-logiques (avec l’analyse complète de ce scientifique) : cliquer ici.

Avez-vous pu lire ou entendre quoi que ce soit de cet ordre dans les médias mainstream ou les « conseils scientifiques » pilotant les politiques sanitaires ?

Reste donc pour les concernés la ressource de hurler au loup et de diffamer ceux qui soulèvent fâcheusement les bons lièvres. Avec l’étiquette éprouvée de « complotiste » ou « conspirationniste » selon la ficelle mise au point il y a déjà fort longtemps par la CIA. Permettant de mettre dans le même panier des opposants aux théories farfelues sinon délirantes et les meilleurs experts.

Platistes et anti-reptiliens côtoient ainsi dans le même sac médiatique des scientifiques émérites, dont un ancien responsable de la politique sanitaire de la France face aux épidémies, une généticienne spécialiste de l’ARN non-codant, une experte auprès de l’OMS en matière de pandémie, un médecin-généraliste ayant soigné nombre de patients atteints du Covid ou encore un anthropologue en santé publique spécialiste (entre autres) de la corruption systémique.

  • Pour lire « Vous avez dit « complotiste » ?! » sur Anthropo-logiques : cliquer ici.

Sous les amalgames lamentables des propagandistes, tous sont donc étiquetés et stigmatisés en tant qu' »antivax », « corona-sceptiques » et « complotistes » !

A chacun d’en juger sur pièces…

Nous donnons ici accès à l’entier de la conférence et aux présentations de chacun des experts présents.

 

Conférence dans son entier

 

Intervention du Pr Christian PERRONNE

 

Intervention de la Pre Alexandra HENRION CAUDE

 

Intervention de la Pre Astrid STUCKELBERGER

 

Intervention du Dr Pablo BUONO

Intervention de M. Jean-Dominique MICHEL

Nous soutenir
Votre don permet à CovidHub.ch de rester gratuit et d’assurer sa qualité éditoriale.