Copinage et conflits d’intérêts des «experts transgenres» à l’OMS

Des associations s'inquiètent: 80% des membres du groupe de travail sur la santé des transgenres seraient liés à de gros intérêts, comme les fournisseurs d'hormones transsexuelles.

Partager

Traduction d’un article du DailyMail au sujet du panel d’experts “trans”

Un groupe d’experts des Nations unies chargé d’établir des normes mondiales de soins pour les adultes transgenres a été accusé de copinage, quatre cinquièmes de ses membres ayant été épinglés pour conflits d’intérêts. Et même pour avoir un intérêt financier dans les travaux du groupe.

La LGBT Courage Coalition, un groupe de militants basé aux États-Unis, a accusé l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de nommer des experts qui ont tout à gagner des lignes directrices qu’ils sont chargés de rédiger.

Plusieurs d’entre eux sont des professionnels de la santé exerçant dans des cabinets qui fournissent des hormones transsexuelles et d’autres soins aux personnes transgenres, et qui ont tout à gagner de la généralisation de ces soins.

Jamie Reed, ancienne gestionnaire de patients dans une clinique transgenre du Missouri, qui a dénoncé le fait que des enfants étaient rapidement traités avec des bloqueurs de puberté, a reproché à l’OMS d’avoir nommé des membres du groupe ayant un intérêt financier dans le domaine de la santé publique.

“Beaucoup d’organisations ont du mal à gérer les conflits d’intérêts intellectuels, mais un conflit d’intérêts financier est du niveau de la maternelle”, a déclaré Mme Reed, membre de la coalition, au DailyMail.com.

“Le fait qu’ils n’aient pas pu gérer des conflits d’intérêts financiers élémentaires montre qu’ils ne sont pas en mesure de gérer quelque chose d’aussi complexe qu’une directive mondiale, et qu’ils doivent retourner à leur planche à dessin”.

“Quelques 13 membres du groupe ont des conflits d’intérêts “importants” et trois autres semblent compromis”, a-t-elle déclaré dans un rapport.

L’OMS devrait les mettre à la porte et faire appel à des personnes disposant d’un plus large éventail de compétences, notamment dans le domaine de l’autisme, qui peut contribuer à la dysphorie de genre, et de personnes qui ont effectué une transition et l’ont regrettée par la suite, a-t-elle ajouté.

Un autre groupe, la Society for Evidence-based Gender Medicine (SEGM), s’est dit d’accord, affirmant que les conflits d’intérêts pourraient “interférer” avec la “capacité des membres à évaluer de manière impartiale les preuves et à émettre des recommandations fondées sur des preuves”.

Le SEGM a déclaré qu’il s’agissait probablement d’un choix délibéré – l’OMS a choisi des experts d’un côté d’un débat médical très controversé pour fournir des lignes directrices qui promeuvent l’affirmation sur demande, les médicaments et les opérations chirurgicales pour les personnes transgenres.

“Le fait que ces affiliations n’aient pas été considérées comme problématiques et qu’elles aient passé l’examen a envoyé un signal fort concernant l’orientation des lignes directrices”, a déclaré le groupe dans un communiqué.

Les responsables de l’OMS n’ont pas commenté la controverse. L’agence dispose de règles contre les conflits d’intérêts “financiers” et “intellectuels” pour les rédacteurs de recommandations, mais il n’est pas certain qu’elles soient appliquées.

Les défenseurs des soins d’affirmation du genre, comme on les appelle, prétendent qu’ils contribuent à sauver des vies au sein d’un groupe enclin au suicide.

Les critiques affirment que les grands groupes médicaux ont été détournés par des idéologues transgenres et que certaines personnes qui s’identifient comme transgenres devraient plutôt avoir accès à davantage de consultations que d’être redirigées trop vite vers des traitements médicamenteux et des interventions chirurgicales.

Les standards qui seront adoptés par les 194 pays membres de l’OMS ont toutefois d’importantes implications financières.

Les hormones transsexuelles coûtent jusqu’à 2 500 dollars par an aux patients américains transsexuels.

Une opération chirurgicale complète de changement de sexe peut facilement dépasser les 100 000 dollars.

La généralisation des soins visant à affirmer le genre pourrait accroître les bénéfices des fabricants de médicaments et des prestataires de soins de plusieurs millions, voire milliards, de dollars.

La coalition affirme que plusieurs membres du groupe d’experts de l’OMS ont tout à gagner à ce que des médicaments et des procédures coûteux soient mis en œuvre à plus grande échelle.

Par exemple, Gale Knudson, médecin et psychiatre à Vancouver, au Canada, suit une “pratique qui consiste principalement à approuver des patients pour des soins d’affirmation du genre”, selon le collectif.

Walter Bockting, docteur en psychiatrie et chercheur à l’Institut psychiatrique de l’État de New York, est lui aussi cité parce que “sa pratique clinique est axée sur la fourniture d’hormones d’affirmation du genre”, selon le groupe.

De même, Walter Bouman (Grande-Bretagne), Elma de Vries et Chris McLachlan (Afrique du Sud), Apako Williams (Ouganda) et Rena Janamnuaysoo (Thaïlande), travaillent tous dans des cliniques qui tirent profit des soins liés au genre.

Alicia Krüger, pharmacienne de formation au Brésil, bénéficierait du fait que l’OMS recommande une utilisation plus large des hormones transsexuelles, puisqu’elle est consultante pour le gouvernement brésilien sur cette question.

D’autres panélistes sont rémunérés par des organisations qui promeuvent des soins respectueux de l’égalité des sexes, selon le collectif.

Les membres du panel ne sont pas accusés d’avoir commis des actes répréhensibles, mais ils ne devraient pas siéger au sein d’un organisme intergouvernemental chargé d’élaborer des lignes directrices correspondant à l’un de leurs intérêts commerciaux.

DailyMail.com a contacté l’OMS pour offrir à l’agence et à ses membres un droit de réponse, mais n’a pas obtenu de retour.

L’agence des Nations unies a fait l’objet de nombreuses critiques depuis qu’elle a dévoilé les membres de son groupe en décembre.

Le groupe est chargé d’élaborer des lignes directrices complètes sur la manière dont les services de santé prennent en charge les personnes transgenres à l’échelle mondiale.

Ces lignes directrices porteront sur les hormones transsexuelles et autres traitements de changement de sexe, sur la formation des médecins et des infirmières, ainsi que sur les politiques permettant aux personnes transgenres de choisir le sexe utilisé pour les identifier dans les documents gouvernementaux.

Les critiques affirment que le groupe, composé de militants et d’avocats transgenres, est partial.

Une militante transgenre, la TikToker canadienne Florence Ashley, a quitté le groupe à la suite de révélations sur son soutien passé à l’utilisation “par défaut” de bloqueurs de puberté chez les enfants.

Un autre, l’activiste non-binaire Cianán Russell, reste dans le panel, malgré les révélations relatives à la diffusion sur les médias sociaux de discussions pornographiques sur l’application de rencontre Grindr.

Nous soutenir
Votre don permet à CovidHub.ch de rester gratuit et d’assurer sa qualité éditoriale.