Des députés européens alertent sur les graves abus liés au pass « sanitaire »

Le personnel du Parlement et les élus européens sont aujourd'hui menacés de ne plus pouvoir assurer leur mandat s'ils refusent de se soumettre au pass sanitaire. Une situation absurde et portant gravement atteinte aux droits fondamentaux ainsi qu'à la démocratie représentative selon ces députés.

Les députés européens Ivan Vilibor Sinčić (Croatie), Francesca Donato (Italie), Christine Anderson (Allemagne) et Cristian Terheş (Roumanie) ont convoqué la presse le 20 octobre dernier à Bruxelles.

Ils ont exprimé les graves inquiétudes de centaines de membres du personnel travaillant pour le Parlement européen, qui vivent sous la menace de perdre leur emploi s’ils n’ont pas le numérique Certificat COVID, alias Certificat vert.

Soulignant que des garanties avaient été données lors des débats parlementaires que le pass ne conduirait jamais à la discrimination de citoyens ou à des atteintes aux droits fondamentaux (comme la liberté de mouvement, de travailler et d’étudier, de recevoir des soins et bien sûr d’opinion et d’expression), les intervenants se sont dits alarmés d’observer qu’au contraire, on assiste aujourd’hui à des restriction massives et injustifiées des droits civiques, politiques et fondamentaux en violation de la Convention européenne des droits de l’homme et différents traités internationaux.

« Ces droits ne sont pas un privilège accordé à bien plaire par les gouvernements », a martelé Mme Anderson, ajoutant : « Je n’ai pas peur du Covid mais bien de la perte rapide des droits et libertés ».

Les protestations pacifiques sont réprimées dans de nombreux pays avec une violence extrême, ont souligné les députés. Des millions de citoyens naturellement immunisés se voient traités comme des parias s’ils refusent l’injection génique alors que les « vaccinés » (qui peuvent être contaminés et contagieux) jouissent de tous les droits.

Un problème à l’origine médical est devenu en cours de route un grave problème politique, ont affirmé les quatre députés, certains venant d’anciens pays de l’Est. « Que les peuples de l’Europe occidentale soient aujourd’hui obligés de se soulever pour revendiquer le respect de leurs libertés et droits fondamentaux est quelque chose qu’on n’aurait jamais cru possible » ont-ils ajouté. « Nous devons tous nous lever pour les droits humains. Maintenant. Cela ne peut simplement plus attendre. Les libertés et l’état de droit sont en danger. »

Vidéo de la conférence de presse sous-titrée en français :

Nous soutenir
Votre don permet à CovidHub.ch de rester gratuit et d’assurer sa qualité éditoriale.