Vaccination anti-Covid des enfants? Un éminent scientifique prend position

Posted by

Le Pr Aaby, infectiologue et épidémiologiste danois, questionne les pressions actuelles visant à imposer une injection génique expérimentale aux enfants.

Comme il est courant dans les revues médicales, il s’exprime dans une « réponse » à un autre article publié dans le prestigieux British Medical Journal.

Nous proposons ici une traduction du texte de Peter Aaby et Christine S Benn:

« Faut-il retarder la vaccination contre le covid-19 chez les enfants ? »

Réponse rapide à l’article : « Le COVID-19 doit-il être une maladie vaccinale ou une maladie infantile ? »

Cher rédacteur,

Dans la discussion concernant la vaccination des enfants contre le COVID-19, plusieurs aspects semblent manquer.

Tout d’abord, la vaccination des enfants est basée sur un petit essai de phase 3 parrainé par Pfizer sur 2260 adolescents randomisés entre le vaccin BNT162b2 COVID-19 et une solution saline. L’article qui en résulte conclut que le vaccin « avait un profil de sécurité favorable » (1). Cependant, d’après les données présentées dans le tableau supplémentaire 2, dans le groupe d’âge 12-15 ans, 7/1131 vaccinés contre 2/1129 non vaccinés ont présenté un événement indésirable grave (1), soit un risque multiplié par 3. Dans le groupe d’âge 16-25 ans présenté dans le même article, 9/536 vaccinés contre 3/561 non vaccinés ont eu un événement indésirable grave (1), c’est-à-dire un risque également multiplié par 3. Les résultats combinés indiquent que le risque d’événements indésirables graves est multiplié par 3,28 (intervalle de confiance à 95 % : 1,21 à 8,94) chez les adolescents/jeunes adultes vaccinés (2). En chiffres absolus, 1 personne vaccinée sur 100 a subi un événement grave, contre 3 personnes non vaccinées sur 1000. Les données n’ont pas été présentées par sexe.

Un vaccin protecteur peut avoir des effets négatifs non spécifiques et différents selon le sexe sur la santé globale (3). Par exemple, un vaccin protecteur contre la rougeole a dû être retiré après avoir été associé à une mortalité toutes causes confondues deux fois plus élevée chez les femmes (4). Récemment, un vaccin partiellement protecteur contre le paludisme a également été associé à une mortalité féminine deux fois plus élevée (5). Ces observations épidémiologiques indiquent que si les vaccins protègent contre la maladie cible, ils peuvent augmenter la susceptibilité à d’autres maladies. En d’autres termes, la protection spécifique a été obtenue au prix d’une susceptibilité accrue à d’autres maladies. Ce phénomène épidémiologique d’effets négatifs non spécifiques a été associé à la tolérance immunitaire innée (3, 6). Bien que le nombre de participants ait été faible, la seule étude réalisée à ce jour sur le vaccin BNT162b2 COVID-19 indique que ce vaccin induit une tolérance immunitaire innée vis-à-vis des ligands bactériens et viraux (7). Ainsi, la protection contre le COVID-19 pourrait se faire au prix d’un risque accru d’autres infections.

D’autres vaccins pandémiques se sont avérés par la suite avoir provoqué des effets secondaires rares mais graves, comme le syndrome de Guillain-Barré chez des personnes ayant reçu un vaccin contre la grippe en 1976, et la narcolepsie liée à une marque de vaccin contre la grippe porcine en 2009(8). Aucun des essais de phase 3 des vaccins COVID-19 n’a été conçu pour étudier les effets non spécifiques liés au sexe ou les effets secondaires rares mais graves à long terme (8).

Étant donné le faible risque de COVID-19 grave chez des enfants précédemment en bonne santé – aucun dans l’essai de phase 3 parrainé par Pfizer (1) – il n’est pas certain que les avantages du vaccin l’emportent sur les inconvénients chez les enfants en bonne santé.

Deuxièmement, les arguments en faveur de la vaccination des enfants incluent le fait que l’infection chez les enfants pourrait conduire à des variantes plus dangereuses. Les variantes préoccupantes sont généralement le résultat d’infections persistantes chez des personnes immunodéprimées qui peuvent provoquer des mutations plus fréquentes du virus, car le système immunitaire de ces personnes ne peut pas éliminer le virus aussi rapidement que celui d’une personne saine (9). Il est peu probable que les enfants en bonne santé, qui présentent généralement des infections très légères ou de courte durée, soient à l’origine de variantes préoccupantes. Il convient de noter que les personnes qui ont été infectées par le COVID-19 sont susceptibles de présenter une large résistance aux variants du SRAS-CoV2 (10), et contribuent ainsi de manière importante à l’immunité collective.

Ceci nous amène au troisième point : Le COVID-19 doit-il être une maladie vaccinale ou une maladie infantile ? Il y a eu étonnamment peu de discussions sur l’avenir du COVID-19. Beaucoup de gens semblent supposer que le COVID-19 deviendra une maladie pour laquelle on vaccinera l’ensemble de la population, peut-être chaque année ou tous les deux ans. Cela sera coûteux – et potentiellement dangereux, si les vaccinations (répétées) ont des effets négatifs. Nous ne pensons pas non plus que la vaccination de l’ensemble de la population soit nécessaire ; en fait, elle pourrait être contre-productive pour la société.

Les virus Corona humains endémiques connus (HCoV) infectent la plupart des gens avant l’âge de 15 ans ; par la suite, les gens peuvent être réinfectés, mais comme le montre l’absence de réponses IgM, il s’agit d’une réponse de rappel (11). Ces HCoV provoquent rarement des maladies graves avant l’âge de l’immunosénescence et nous n’envisagerions jamais de vacciner contre les HCoV au niveau de la population, même si les vaccins existaient.

Étant donné que nous avons la chance que le SRAS-CoV2 ne provoque que très rarement des maladies graves chez les enfants, la solution la plus sûre et la moins coûteuse semble être d’apprivoiser le SRAS-CoV2 pour en faire une maladie infantile courante comme les autres HCoV. Cela se ferait en permettant au SRAS-CoV2 d’infecter les enfants, qui seraient ainsi protégés contre les maladies graves jusqu’à la fin de l’âge adulte. Il est important de noter que cette transition du SRAS-CoV2 vers une maladie infantile serait retardée s’il y a trop peu de SRAS-CoV2 en circulation. Comme l’ont noté d’autres personnes :  » Une fois que la plupart des adultes seront vaccinés, la circulation du SRAS-CoV-2 pourrait en fait être souhaitable, car elle est susceptible d’entraîner une primo-infection au début de la vie lorsque la maladie est bénigne, suivie de réexpositions de rappel tout au long de l’âge adulte… Cela permettrait de maintenir les réinfections bénignes et l’immunité à jour « (12).

En conclusion, il existe de bons arguments pour expliquer pourquoi la non-vaccination des enfants peut en fait servir plusieurs objectifs, tant au niveau individuel qu’au niveau sociétal :

– Ne pas vacciner les enfants les protège contre les méfaits potentiels inconnus des vaccinations COVID-19.

– Ne pas vacciner les enfants leur donne la possibilité de développer une large immunité naturelle, contribuant ainsi à l’immunité de groupe et accélérant la transition du SRAS-CoV2 vers une maladie infantile.

Les coûts évités en faisant de COVID-19 une maladie vaccinale, pour laquelle nous vaccinons l’ensemble de la population peut-être annuellement ou biannuellement, pourraient être bien dépensés sur d’autres problèmes liés à la santé tels que le tabagisme, le cancer, l’obésité et la santé mentale.

Références :

1. Frenck RW, Jr., Klein NP, Kitchin N, Gurtman A, Absalon J, Lockhart S, et al. Safety, Immunogenicity, and Efficacy of the BNT162b2 Covid-19 Vaccine in Adolescents. N Engl J Med. 2021.
2. Benn CS. https://www.linkedin.com/posts/christine-stabell-benn_safety-immunogenic…. LinkedIn post 2021.
3. Benn CS, Fisker AB, Rieckmann A, Sørup S, Aaby P. Vaccinology: time to change the paradigm? Lancet Infect Dis. 2020.
4. Aaby P, Jensen H, Samb B, Cisse B, Sodemann M, Jakobsen M, et al. Differences in female-male mortality after high-titre measles vaccine and association with subsequent vaccination with diphtheria-tetanus-pertussis and inactivated poliovirus: reanalysis of West African studies. Lancet. 2003;361(9376):2183-8.
5. Klein SL, Shann F, Moss WJ, Benn CS, Aaby P. RTS,S Malaria Vaccine and Increased Mortality in Girls. MBio. 2016;7(2):e00514-16.
6. Blok BA, de Bree LCJ, Diavatopoulos DA, Langereis JD, Joosten LAB, Aaby P, et al. Interacting, Nonspecific, Immunological Effects of Bacille Calmette-Guerin and Tetanus-diphtheria-pertussis Inactivated Polio Vaccinations: An Explorative, Randomized Trial. Clin Infect Dis. 2020;70(3):455-63.
7. Föhse FK, Geckin B, Overheul GJ, van de Maat J, Kilic G, Bulut O, et al. The BNT162b2 mRNA vaccine against SARS-CoV-2 reprograms both adaptive and innate immune responses. medRxiv. 2021:2021.05.03.21256520.
8. Doshi P. Will covid-19 vaccines save lives? Current trials aren’t designed to tell us. Bmj. 2020;371:m4037.
9. Peacock TP, Penrice-Randal R, Hiscox JA, Barclay WS. SARS-CoV-2 one year on: evidence for ongoing viral adaptation. J Gen Virol. 2021;102(4).
10. Ferretti AP, Kula T, Wang Y, Nguyen DMV, Weinheimer A, Dunlap GS, et al. Unbiased Screens Show CD8(+) T Cells of COVID-19 Patients Recognize Shared Epitopes in SARS-CoV-2 that Largely Reside outside the Spike Protein. Immunity. 2020;53(5):1095-107.e3.
11. Zhou W, Wang W, Wang H, Lu R, Tan W. First infection by all four non-severe acute respiratory syndrome human coronaviruses takes place during childhood. BMC Infect Dis. 2013;13:433.
12. Lavine JS, Bjornstad O, Antia R. Vaccinating children against SARS-CoV-2. BMJ. 2021;373:n1197.

Autres articles