GoFundMe bloque 9 mios de dollars de dons destinés aux camionneurs canadiens

La plateforme de financement participatif aurait cédé devant les menaces de poursuites émanant du maire d'Ottawa. Lequel a déclaré l'état d'urgence. La police et ses enquêteurs traquent désormais les manifestants... mais aussi ceux qui les soutiennent, notamment en recueillant des "données digitales".

Bloquer les dons versés via des plateformes de crowdfunding.

Telle est donc désormais la pratique récurrente des défenseurs de la doxa sanitaire pour étouffer – si possible dans l’oeuf – toute action de résistance citoyenne. Qu’il s’agisse d’un site de réinformation comme Covidhub (dont les dons reçus avaient été gelés par PayPal en janvier dernier avant d’être finalement reversés), de documentaires indépendants comme Hold Up et Hold On… ou aujourd’hui du Freedom Trucker Convoy canadien.

« Du vol à l’état pur »

Dans l’émission The Hill, la commentatrice américaine Kim Iversen (voir vidéo plus bas) a qualifié de « vol à l’état pur » le gel des dons en faveur des manifestants-camionneursDepuis le 29 janvier dernier, ceux-ci bloquent la capitale Ottawa pour réclamer la fin de toutes les restrictions « sanitaires », y compris les obligations vaccinales.

La plateforme de financement participatif GoFundMe a reçu pas moins de 9 millions de dollars (soit plus de 10 millions de dollars canadiens). Elle a plié devant les menaces de poursuites légales, articulées par le maire d’Ottawa, Jim Watson. Qui a ensuite remercié ladite plateforme via Twitter, enjoignant au passage les autres plateformes à « adopter la même position ».

Dans un premier temps, la plateforme avait déclaré qu’elle reverserait les fonds à des « oeuvres de charité approuvées », avant de faire marche arrière devant la polémique créée et annoncer le remboursement de tous les donateurs.

Recueil de « données digitales » sur les manifestants et leurs supporters

Jim Watson a aussi déclaré l’état d’urgence à Ottawa, autorisant une batterie de représailles.

Celles-ci concernent non seulement les camionneurs du convoi… mais aussi ceux qui les soutiennent d’une manière ou d’une autre, y compris via des dons.

Semblant confirmer le virage canadien vers un système d’hyper-contrôle social, le chef de la police d’Ottawa a énuméré en conférence de presse la liste (se voulant) impressionnante des mesures, indiquant notamment :

« Nous avons des possibilités accrues de cibler les manifestants et leurs supporters, qui financent et rendent possibles des activités illégales et nuisibles (…) »

« Des équipes d’enquêteurs recueillent des données financières, digitales, et (d’autres) relatives aux véhicules, à l’identification du conducteur, au statut en matière d’assurances et autres éléments de preuves, qui seront utilisés dans le cadre de poursuites. »

Voir la vidéo de la conférence de presse (en anglais) :

 

En outre, précise Kim Iversen, des amendes de 700 dollars seraient déjà infligées, et toute personne soutenant les manifestants, notamment en leur fournissant de l’essence ou à manger, est menacée d’arrestation.

Trump accuse GoFundMe de « pratiques trompeuses »

A noter qu’un compte Facebook de soutien aux camionneurs a aussi été clos récemment.

L’ex-président américain Donald Trump et « d’autres personnalités publiques » comme Elon Musk – rapporte le journal canadien La Presse – ont dénoncé l’attitude du site GoFundMe, l’accusant pour certains de « pratiques trompeuses » et d’appliquer une politique de « deux poids, deux mesures ».

Déjà 5 millions récoltés sur une nouvelle plateforme

De leur côté, les camionneurs n’ont pas baissé les bras et ont lancé un nouvel appel aux dons via le site chrétien GiveSendGo. Lundi 7 février, la plateforme avait déjà engrangé 4,8 mios de dollars.

La Presse rappelle qu’en 2010 déjà, PayPal avait bloqué les fonds du site de WikiLeaks, « devenu la bête noire de Washington après la diffusion de télégrammes diplomatiques confidentiels américains qui avait provoqué un scandale mondial. »

L’étranglement des dissidences par compression du « nerf de la guerre », l’argent, n’est donc pas nouveau. Mais la pratique semble désormais se systématiser contre tous les « covi-discordants » du monde.

Sources :

Voir aussi sur Covidhub :

PayPal séquestre abusivement les dons versés à Covidhub

Le «convoi de la liberté» envahit Ottawa et inquiète l’Union européenne

 

 

Nous soutenir
Votre don permet à CovidHub.ch de rester gratuit et d’assurer sa qualité éditoriale.