L’hôpital a-t-il effacé le dossier du bébé décédé?

Partager

L’hôpital américain qui avait transfusé contre l’avis des parents du sang de vacciné au petit Alex, mort en février 2022 d’un énorme caillot sanguin, nie maintenant avoir traité le bébé, malgré des preuves à foison. Les parents vont déposer plainte.

Problème bénin à la naissance

Alex est né dans l’État de Washington avec une malformation cardiaque congénitale appelé fistule trachéo-oesophagienne, un problème pouvant être surmonté dans 95 % des cas. Il souffrait également d’anémie et avait besoin d’une transfusion sanguine.

Ses parents, Cornelia Hertzler et Ron Bly, étaient déjà sensibilisés aux risques des injections Covid puisqu’une amie proche était morte d’une crise cardiaque en 2021 suite à la vaccination. Pour mettre toutes les chances du côté de leur enfant, ils ont cherché un donneur non-vacciné et ont fait le nécessaire pour que le protocole approprié soit mis en place.

Couac médical

Mais lors de l’intervention, le personnel médical a affirmé ne pas avoir retrouvé le lot de sang destiné au petit. En lieu et place on lui a administré un lot sorti de la réserve de sang de l’hôpital, alimentée à 80% par des vaccinés Covid. Sans le consentement des parents.

Les médecins et les infirmières leur ont assuré qu’Alex se porterait bien et ont dit que les bébés ont rarement, voire jamais, de caillots sanguins.

Changement de discours

Peu de temps après la transfusion, Alex a développé un gros caillot qui partait de son genou et remontait jusqu’à son cœur. L’hôpital a alors changé de discours en affirmant que les bébés ont tout le temps des caillots sanguins et que c’était normal.

Pourtant, malgré une dose maximale d’anticoagulants possible pour son âge, le caillot ne s’est pas résorbé et douze jours plus tard, le bébé est décédé.

Mémoire du drame effacée pour éviter la justice?

Le 15 décembre 2022, les parents ont informé leurs soutiens que l’hôpital pour enfants Sacred Heart à Spokane (Etat de Washington), ne retrouve plus aucune trace du passage d’Alex dans ses services. Malgré de nombreuses preuves, notamment des photos, des factures médicales et son certificat de décès. Comble de l’horreur pour des parents qui ont déjà perdu le plus cher: « Le dernier développement dans cette affaire est que ma femme a contacté l’hôpital de pédiatrie Sacred Heart et ils affirment qu’ils ne peuvent trouver aucune trace de notre fils. Nous savons tous pourquoi ils voudraient supprimer les dossiers. Un procès est à l’horizon dès que j’aurai trouvé un bon avocat », peut-on lire dans leur communiqué.

Impact sur un cas similaire en Nouvelle-Zélande

Cornelia Hertzler avait besoin du dossier de son fils pour aider les parents d’un autre enfant en Nouvelle-Zélande, Will, qui doit subir une opération. Ses parents, inquiets eux-aussi, ont trouvé du sang de non-vacciné mais les médecins refusent de l’utiliser.

Malheureusement, sans le dossier d’Alex pouvant prouvant la dangerosité du sang de vaccinés Covid pour un bébé, la cour néo-zélandaise considère le sang de vaccinés Covid comme sûr et a tranché en défaveur des parents qui doivent accepter que leur fils reçoive n’importe quel sang, indique la newsletter de Steve Kirsch.

GoFundme bloque les fonds de soutien

La plateforme de levée de fonds GoFundme bloque les dons envoyés aux parents sous prétexte que leurs affirmations sur la mort de leur fils enfreignent les règles de la communauté. Ce site est un habitué de la censure, dont l’apogée était le blocage de 10 millions destinés au « Convoi pour la liberté » au Canada en février 2022.

Ron Bly et Cornelia Hertzler se sont retournés vers une plateforme chrétienne en ouvrant une campagne sur GiveSendGo, finalement plus ouverte d’esprit que la plateforme laïque. C’est sur cette page qu’il est possible de se tenir informé du déroulement de leur combat. Au 22 décembre 2022, la campagne atteint 8’000 dollars sur les 25’000 recherchés.

 

Sources, en anglais:

 

Nous soutenir
Votre don permet à CovidHub.ch de rester gratuit et d’assurer sa qualité éditoriale.