Ivermectine: 92% de décès en moins, indique une vaste étude

Partager

Encore une étude, parmi les centaines qui établissent depuis deux ans l’efficacité du médicament antiparasitaire ivermectine contre le Covid – des études régulièrement critiquées par les milieux proches de l’industrie pharmaceutique, et très peu mentionnées par les médias. Mais cette investigation sur près de 90’000 Brésiliens, validée par des pairs, devrait être difficile à réfuter. Saura-t-elle enfin stimuler les efforts de prévention et de soins précoces, permettant de réduire massivement les hospitalisations et les morts, ainsi que les coûts? Faudra-t-il d’autres preuves encore plus frappantes?

Voici la traduction de l’article de Blaze Media:

Une nouvelle étude évaluée par des pairs a révélé que l’utilisation régulière d’ivermectine réduisait de 92% le risque de mourir du COVID-19.

Cette vaste  étude a été menée par Flávio A. Cadegiani, MD, MSc, PhD. Cadegiani est un endocrinologue certifié avec une maîtrise et un doctorat. L’étude évaluée par des pairs a été publiée mercredi par la revue médicale en ligne Cureus. Elle a été menée sur une population strictement contrôlée de 88 012 personnes de la ville d’Itajaí au Brésil.

Les personnes qui ont utilisé l’ivermectine comme prophylaxie ou qui ont pris le médicament avant d’être infectées par le Covid ont connu une réduction significative des décès et des hospitalisations. Selon l’étude, ceux qui prenaient régulièrement de l’ivermectine avaient une réduction de 92 % de leur risque de décès par Covid par rapport aux non-utilisateurs et de 84 % de moins que les utilisateurs irréguliers.

Forte différence entre utilisateurs réguliers et irréguliers

« Le taux d’hospitalisation a été réduit de 100 % chez les utilisateurs réguliers par rapport aux utilisateurs irréguliers et aux non-utilisateurs », indique l’étude. La réduction impressionnante pour les utilisateurs réguliers d’ivermectine était évidente malgré le fait que les utilisateurs réguliers couraient un risque plus élevé de décès par Covid. Les utilisateurs réguliers étaient plus âgés et avaient une prévalence plus élevée de diabète de type 2 et d’hypertension que les utilisateurs irréguliers et les non-utilisateurs. 

Les utilisateurs irréguliers d’ivermectine présentaient une réduction du taux de mortalité de 37 % inférieure à celle des non-utilisateurs. L’étude a défini les utilisateurs réguliers comme ceux qui ont utilisé plus de 30 comprimés d’ivermectine sur cinq mois. La posologie de l’ivermectine était déterminée en fonction du poids corporel, mais « la plupart de la population utilisait entre deux et trois comprimés par jour pendant deux jours, tous les 15 jours ».

« La non-utilisation de l’ivermectine a été associée à une augmentation de 12,5 fois du taux de mortalité et à un risque sept fois plus élevé de mourir du Covid-19 par rapport à l’utilisation régulière de l’ivermectine », indique l’étude. « Cette efficacité dose-réponse renforce les effets prophylactiques de l’ivermectine contre le Covid-19. »

« Conclusions difficiles à réfuter », affirme le directeur de l’étude

Cadegiani pense que l’étude a montré un « effet dose-réponse » – ce qui signifie que l’augmentation des niveaux d’ivermectine a diminué le risque d’hospitalisation et de décès par Covid-19.

Cadegiani a écrit sur Twitter : « Une étude observationnelle avec la taille et le niveau d’analyse comme les nôtres est à peine atteinte et impossible à mener en tant qu’essai clinique randomisé. Les conclusions sont difficiles à réfuter. Les données sont des données, quelles que soient vos croyances. »

Nous soutenir
Votre don permet à CovidHub.ch de rester gratuit et d’assurer sa qualité éditoriale.