« Il est plus que temps d’arrêter le théâtre du Covid » selon le Gouverneur de Floride

Ron DeSantis a récemment été rejoint par le Dr Joseph Ladapo, médecin général, et par des médecins et épidémiologistes de renommée mondiale pour discuter de l'échec des mesures de confinement et de contrainte en réponse au COVID-19.

Le texte qui suit est le résumé de la Conférence qui s’est déroulée sous la présidence du Gouverneur, traduit par nos soins. Ce que les médecins et scientifiques ont énoncé ce jour-là est à des années-lumière des affirmations assénées depuis deux ans par la quasi-totalité des gouvernements occidentaux. Le débat ouvert, public et honnête réclamé par les intervenants aura-t-il enfin lieu ? On comprend que leurs conclusions fassent peur à d’aucuns.

Les politiciens du verrouillage et l’establishment médical ont continuellement ignoré les données, choisissant plutôt d’alimenter la peur et de pousser aux confinements et aux obligations de port du masque dans leurs tentatives infructueuses « d’arrêter la propagation ».

 

Un État ouvert suscitant l’envie à travers le pays

« Au cours des deux dernières années, les données nous ont montré ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Il est plus que temps d’arrêter le théâtre COVID », a déclaré le gouverneur Ron DeSantis. « En Floride, nous avons dit la vérité, nous avons laissé les données guider notre réponse, et nous avons laissé les citoyens prendre des décisions pour eux-mêmes et leurs enfants. En conséquence, la Floride est dans une meilleure position que les États qui ont utilisé la peur et la contrainte. »

« Sous la direction du gouverneur DeSantis, la Floride a continué à devancer le gouvernement fédéral en suivant des données scientifiques solides – et non la coercition », a déclaré le médecin général Dr Joseph Ladapo. « Aujourd’hui, nous avons pu faire venir des médecins du monde entier pour discuter du COVID-19 et du manque de données pour soutenir les mesures de contrainte. Le débat scientifique a lieu dans un forum public – il n’est pas caché dans la bureaucratie fédérale. Nous devons recommencer à vivre – et non à nous cacher dans la peur. »

« C’est le gouverneur DeSantis qui a tracé la voir pour la nation en donnant la priorité aux personnes âgées, en suivant les données pour que les entreprises restent ouvertes et que les enfants aillent à l’école, en reconnaissant à quel point le risque qu’ils couraient était faible », a déclaré la lieutenante-gouverneure Jeanette Nuñez. « Alors que l’administration Biden critique notre réponse au COVID-19, la Floride suscite l’envie de tout le pays. »

 

Les confinements : une « erreur catastrophique » !

« Les confinements ont été une énorme erreur catastrophique qui ne devrait jamais être répétée », a déclaré le Dr Jay Bhattacharya, M.D., Ph.D., professeur de santé publique à la faculté de médecine de l’université de Stanford. « Lorsque nous pensons aux lockdowns, nous devrions reculer d’horreur, car les politiques suivies ont non seulement violé l’éthique médicale, mais aussi écrasé la capacité des scientifiques à discuter ouvertement entre eux des faits et des preuves. Il a fallu beaucoup d’efforts et la volonté de faire face aux abus pour que les scientifiques puissent s’exprimer, et beaucoup ont été réduits au silence. Je pense que [nous avons besoin] de restaurer la liberté des scientifiques de discuter ouvertement de ce que disent les données probantes, sans craindre la répression que nous avons vue pendant la pandémie pour soutenir les mesures de fermeture. Je pense que la place de la science dans la société doit être restaurée afin que les scientifiques puissent conseiller, mais non dicter les politiques. »

« Il n’y a aucune justification à l’obligation de vacciner les enfants, point final », a déclaré le Dr Robert Malone, M.D. « Nous sommes fermement convaincus que s’il y a un risque, il doit y avoir un choix. En ce qui nous concerne, il n’y a pas d’urgence médicale à l’heure actuelle, et il n’y a donc aucune justification à la déclaration d’urgence médicale et à la suspension des droits qui s’est produite avec l’affirmation par le pouvoir exécutif que nous étions face à une urgence médicale. Nous sommes très reconnaissants à l’État de Floride d’avoir pris l’initiative de donner aux médecins la latitude nécessaire pour fournir un traitement précoce aux patients. Nous avons vraiment essayé de défendre la capacité des médecins à pratiquer la médecine. »

« J’aborde la question non pas du point de vue de la santé publique, mais du point de vue du médecin du patient individuel », a déclaré le Dr Shveta Raju, M.D., MBA, du Département de soins primaires/médecine interne de la Gwinnett Clinic. « C’est très difficile lorsque vous parlez à un patient et qu’entre vous il y a une contrainte. Cela a certainement affecté la relation à bien des égards. J’espère vraiment qu’à l’avenir nous pourrons nous recentrer sur la rencontre du patient là où il se trouve, comprendre ses préoccupations, répondre à ses questions, se concentrer sur sa santé globale, sa santé métabolique, s’assurer qu’il reçoit les soins préventifs de routine appropriés à son âge, et sa santé mentale. Il est certain que la santé mentale des enfants a fait l’objet d’une bonne et meilleure attention médiatique, mais la santé mentale des adultes a aussi été grandement affectée. »

 

Inversion du principe de précaution

« Nous avons vraiment eu une inversion du principe de précaution », a déclaré le Dr Tracy Beth Høeg, M.D., Ph.D., spécialiste en médecine interventionnelle du sport du Northern California Orthopedic Associates. « Je pense que c’est un excellent thème car il est lié aux fermetures d’écoles, aux verrouillages et aux masques. Nous savons que les masques interfèrent avec la communication, et les enfants n’aiment pas les porter. Les enfants malentendants ou souffrant d’autres handicaps ont du mal à porter des masques. Et nous les obligeons à faire cela simplement parce que nous avons l’idée qu’ils vont faire quelque chose de bien. Or, nous ne disposons d’aucune étude de qualité qui le démontre. »

« Tout au plus 5 % des contaminations, d’après les nombreuses données publiées sur le COVID, ont effectivement eu lieu dans les écoles », a déclaré le Dr Christopher D’Adamo, professeur adjoint à la faculté de médecine de l’Université du Maryland. « Ce que nous savons, c’est que les dommages collatéraux ont été réels, tant pour la santé physique que pour la santé mentale. Sur le plan physique, nous avons constaté que lorsque vous n’êtes pas à l’école, vous n’avez pas de récréation, pas d’éducation physique, pas de sport, pas de danse, pas de mouvement général de classe en classe. Nous avons vu que cela a probablement contribué à l’augmentation de l’Indice de Masse Corporel et de l’obésité, avec un doublement du taux d’augmentation de l’IMC pendant le COVID. Dans certains endroits, nous avons constaté une multiplication par deux des nouveaux cas de diabète de type 2. L’isolement social, l’éloignement des amis, surtout à un âge aussi formateur que celui-là, avec encore plus de temps passé devant un écran, a entraîné une augmentation de l’anxiété, de la dépression et du stress, qui est l’un des meilleurs moyens d’affaiblir le système immunitaire. Cela s’est traduit par des admissions aux urgences pour des problèmes de santé mentale. »

« Contrairement à ce que beaucoup de gens disent ici, mon point de vue sur les premières phases de la pandémie était très différent du leur », a déclaré le Dr Joseph Fraiman, médecin urgentiste au centre médical régional de Thibodaux, à l’hôpital Slidell Memorial et au centre médical régional Lallie Kemp. « Mon point de vue était erroné à l’époque, car les États et les nations qui n’ont pas adopté de politiques agressives en matière de COVID ne se sont pas portés plus mal. Il m’a fallu environ un an après le début de la pandémie pour me rendre compte qu’il n’était pas du tout évident qu’il existait une politique réellement efficace pour réduire le COVID. Le scientifique en moi a dû prendre en compte les nouvelles données que je voyais et reconnaître que mon hypothèse avait été falsifiée. »

 

Obsession vaccinale et erreurs d’orientation

« Si vous avez été immunisé, vous n’avez pas besoin de vaccins, et cela réduit en soi tout argument en faveur d’une obligation ou d’un passeport vaccinal », a déclaré le Dr Martin Kulldorff, directeur scientifique de l’Institut Brownstone et membre de l’Académie pour la science et la liberté du Hillsdale College. « Mais pour les enfants qui n’ont pas eu le COVID, la question est que nous ne savons toujours pas dans quelle mesure il aide à prévenir les décès et les formes graves. En ce moment, aux États-Unis, la vague Omicron est en baisse. Pour l’instant, je pense que les avantages de la vaccination des enfants sont très faibles. Nous savons qu’il y a un risque de myocardite pour les enfants et les adolescents des deux sexes. Il pourrait y avoir d’autres effets indésirables que nous ne connaissons pas encore. Donc, pour les enfants, les avantages que nous connaissons sont, au mieux, très faibles et nous ne savons pas quel est le rapport risque-bénéfice. Je pense que dans ces circonstances, il est contraire à l’éthique de rendre obligatoire la vaccination des enfants. »

« Il me semble qu’il y a eu une sorte d’inversion du calendrier de l’incertitude comme je l’appelle », a déclaré le Dr Sunetra Gupta, professeur d’épidémiologie théorique à lUniversité d’Oxford. « Dès le début, tout le monde, tous les pouvoirs en place disaient que ces mesures, les lockdowns et autres restrictions, allaient fonctionner. Mais la vérité, c’est que nous ne savions pas si elles fonctionneraient, ni même à quoi elles serviraient, et même si elles s’avéraient fonctionner, où elles nous conduiraient… La seule chose que nous savions, c’est que les mesures que nous proposions pour mettre en œuvre les lockdowns et autres restrictions auraient un coût énorme. C’était la seule chose dont nous étions certains. Et pourtant, c’est ce que nous avons fait. Nous avons donc inversé le principe de précaution en essayant de minimiser les dommages en faisant la seule chose dont nous savions qu’elle en causerait. Maintenant, nous pouvons dire, avec le recul, que les mesures n’ont en fait pas fait grand-chose pour ralentir la propagation. Et ce que nous constatons très tristement, c’est que ce que nous savions dès le départ, à savoir que ces mesures causeraient des dommages, s’est bel et bien déroulé sous nos yeux. »

« Il est intéressant de constater qu’il y a eu beaucoup d’erreurs d’orientation d’après ce que nous avons vu », a déclaré le Dr Harvey Risch, M.D., Ph.D., professeur d’épidémiologie à la Yale School of Public Health et à la Yale School of Medicine. « Nous publions nos connaissances scientifiques et nos données probantes, puis nous sommes critiqués pour des choses que nous n’avons pas dites. Je pense que le problème réside en partie dans le fait que ce qui a été communiqué à notre société est plausible, mais pas scientifique. Il y a une grande différence entre les choses qui semblent plausibles et les choses qui sont scientifiques. Et donc les confinements sont plausibles, mais ils ne sont pas scientifiques. La preuve scientifique, comme nous l’avons vu, est qu’ils sont nuisibles. »

« Je suis simplement heureux de voir ce changement que nous pourrions maintenant reconnaître que peut-être nos enfants ne sont pas aussi résilients que ce que nous avons entendu », a déclaré le Dr Jill Ackerman, M.D., Advent Health Shawnee Mission. « J’espère qu’avec cette reconnaissance, nous pourrons aller de l’avant et empêcher que cela ne se produise à l’avenir et reconnaître que les écoles sont essentielles. Nous avons vraiment laissé ce principe de base dans la poussière au cours des deux dernières années. »

 

  • Vidéo de la Conférence entière sous-titrée en français :

  • Pour lire l’article original (en anglais) sur le site du Gouverneur DeSantis : cliquer ici.
Nous soutenir
Votre don permet à CovidHub.ch de rester gratuit et d’assurer sa qualité éditoriale.