Les non-vaccinés, un groupe témoin gênant pour Big Pharma?

Eric Verhaege propose un nouvel éclairage dérangeant dans son Courrier des stratèges: et si les « non-vaccinés » constituaient de fait un « groupe-témoin » à éliminer pour Big Pharma?

Pfizer avait déjà employé un subterfuge problématique dans ses « études cliniques » : en ouvrant (soi-disant pour les protéger) l’accès à la vaccination génique aux sujets ayant reçu un placebo, la firme rendait impossible toute comparaison dans la durée entre la santé du groupe « vacciné » et celle du groupe témoin. Rien de plus pratique pour masquer d’éventuels effets indésirables à moyen et long termes…

L’émergence mondiale d’une réaction haineuse contre les non-vaccinés, quasiment accusés d’être à l’origine du COVID, désormais, soulève la question du groupe témoin que nous constituons. La coordination multilatérale de cette opération est très efficace, et souligne le poids réel de l’influence exercée par les laboratoires pharmaceutiques sur les décisions des Etats. Mais pourquoi les producteurs d’un vaccin qui ne marche pas, surtout face aux nouveaux variants, sont-ils si pressés d’en finir avec la résistance à ce vaccin ? Serait-ce parce que les non-vaccinés vont bientôt constituer le groupe-témoin gênant sur les effets secondaires durables de leur produit ?

  • Pour lire l’article « Nous, non-vaccinés, ce groupe témoin que Big Pharma doit éliminer coûte-que-coûte » : cliquer ici.
Nous soutenir
Votre don permet à CovidHub.ch de rester gratuit et d’assurer sa qualité éditoriale.