L’ivermectine distribuée dans plusieurs pays latino-américains

Salvador, Guatemala, Bolivie et Pérou offrent des kits de prévention et soins précoces, malgré les réticences de certains médecins et la désapprobation de l’OMS.

Depuis quelques semaines, les Salvadoriens qui annoncent par téléphone des symptômes reçoivent gratuitement à domicile des cartons bleus «Tratamiento ambulatorio para COVID-19».

Le kit contient de l’acétaminophène et de l’acide acétylsalicylique (anti-inflammatoire), de la loratadine (antiallergique), de l’ivermectine (antiparasitaire), de l’azithromycine (antibiotique), des vitamines C et D, et du zinc. Les instructions et posologies sont incluses. Le président salvadorien en personne, Nayib Bukele, a annoncé à la TV qu’il s’agit de «médicaments doux, mais d’une grande aide s’ils sont pris à temps.»

Le Guatemala a emboîté le pas (100’000 trousses gratuites à retirer en pharmacie), de même que la capitale bolivienne La Paz la semaine dernière.

A noter que ces deux pays incluent dans le kit de l’ibuprofène, un anti-douleur aux effets souvent controversés. Au Pérou, le département de Sécurité sociale de la santé (EsSalud) distribue depuis fin juillet des trousses contenant ivermectine, azithromycine et paracetamol aux personnes testées positives ne nécessitant pas d’hospitalisation. Un suivi régulier des bénéficiaires est assuré.

En revanche, la Colombie considère que l’ivermectine n’offre aucune preuve d’efficacité, se conformant aux affirmations de l’OMS.

Le journal médical latino-américain Salud con Lupa (Santé à la loupe) qui recueille ces informations donne aussi la parole à des infectiologues affichant leur scepticisme envers l’ivermectine. Ils craignent que ces distributions sans connaître le dossier médical des patient puissent nuire à leur santé.

Pourtant, les résultats enregistrés dans d’autres régions comme le Chiapas (Mexique), dans l’Alto Parana (Paraguay), et ailleurs dans le monde, indiquent que la distribution d’ivermectine réduit massivement les taux d’infection ou d’aggravation des symptômes, selon les données recueillies par le journaliste scientifique Xavier Bazin.

[rule type= »basic »]

Voir aussi sur CovidHub

 

Nous soutenir
Votre don permet à CovidHub.ch de rester gratuit et d’assurer sa qualité éditoriale.