Manif anti-pass à Berne: les canons à eau répondent aux fleurs

Une nouveau rassemblement non autorisé s’est tenu jeudi soir dans la capitale suisse. Alors que des manifestants déposaient des fleurs devant les policiers, ce sont les canons à eau qui leur ont répondu. Les forces de l’ordre ont durci le ton. Selon certains collectifs, cette manifestation était en réalité désirée par le directeur de la sécurité de la ville.

Images parlantes : des manifestants déposent des fleurs devant un rang serré de policiers, levant les bras avant de s’approcher pour indiquer leur bonne intention. La réponse : des salves de canon à eau.

  • Voir le fil des événements de la soirée sur le site du quotidien Le Temps : cliquer ici 

La veille, les collectifs des Amis de la Constitution, MASS VOLL, Still protest, et les Freiheitstrychler (sonneurs de cloches) avaient déconseillé sur Telegram de participer à cette manifestation. Selon leurs informations, les autorités de la ville, en particulier le directeur de la sécurité Reto Nause, souhaitaient en effet que la manifestation ait lieu afin de « provoquer des images de violence ».

  • Le collectif des Amis de la Constitution dénonce « L’étrange petit jeu de Reto Nause » : cliquer ici

Constatant une « agressivité croissante à tous les niveaux et de la part d’une grande variété d’acteurs concernés », le comité référendaire « NON au durcissement de la loi Covid » a rédigé sous forme d’un communiqué de presse un « Appel au dialogue pacifique et sans violence ».

Celui-ci rappelle aussi la promesse non tenue d’Alain Berset, ministre de la Santé, qui « intentionnellement ou non, (…) entretient un débat émotionnellement tendu » :

Sur le site de Swissinfo, on peut lire dans la bouche de Reto Nause que « l’important déploiement (policier) s’est malheureusement avéré nécessaire », car des échauffourées auraient éclaté « entre opposants aux mesures de restriction et des autonomistes de gauche ».

Treize personnes auraient été interpellées pour un complément d’enquête.

Huit manifestations ont eu lieu dans la capitale depuis l’annonce, le 8 septembre dernier, de l’extension du pass sanitaire. Sept d’entre elles étaient non autorisées. Les autorités de la ville ont prévenu qu’elles ne seront plus tolérées.

Les mêmes scènes vues ailleurs dans le monde, depuis des semaines ou des mois, sont donc finalement arrivées en Suisse : de lourds dispositifs policiers, opposés à des protestataires majoritairement bon enfant.

Voir aussi :
  • Couverture de la soirée par la télévision suisse (RTS) : cliquer ici
Nous soutenir
Votre don permet à CovidHub.ch de rester gratuit et d’assurer sa qualité éditoriale.