Pfizer avoue: vaccin non testé sur la transmission du Covid

Partager

Une responsable de Pfizer admet devant le Parlement européen: le vaccin Covid n’a pas été testé pour empêcher la contagion avant d’être mis sur le marché

La vidéo de FranceSoir

Jack Phillips, Epoch Times13 octobre 2022 
(actualisation et intertitres de Covidhub)

Janine Small, présidente des marchés internationaux développés de Pfizer, a déclaré lundi devant le Parlement européen que ni elle ni d’autres cadres de l’entreprise ne savaient si le vaccin Covid‑19 permettrait d’arrêter la transmission du virus avant sa mise sur le marché l’année dernière.

Cette déclaration a semé un grand trouble parmi les députés du Parlement européen. D’abord parce que Mme Small a refusé, très à l’aise, de répondre aux nombreuses questions posées avec insistance par les parlementaires sur les prix et la composition des vaccins, ou sur leurs effets secondaires.

Deuxièmement plusieurs orateurs se sont indignés de constater que le PDG de Pfizer Albert Bourla ne s’est même pas donné la peine de venir en personne répondre à ces questions, alors que son entreprise a gagné au bas mot 36 milliards de dollars avec les commandes de vaccins de l’UE.

Face au mutisme de Mme Small, le député néerlandais Rob Roos a demandé: « Le vaccin Covid de Pfizer a‑t‑il été testé pour arrêter la transmission du virus avant d’être mis sur le marché ? Que savions‑nous sur sa capacité d’immunisation avant que le vaccin soit commercialisé ? »

Mme Small a répondu : « Non… Vous savez, nous avons dû… vraiment avancer à toute allure pour vraiment comprendre ce qui se passe sur le marché. »

Dans une vidéo diffusée lundi sur Twitter, Rob Roos, des Pays‑Bas, a fait valoir qu’à la suite des commentaires de Mme Small, des millions de personnes à travers le monde se sont senties dupées par les entreprises pharmaceutiques et les gouvernements.

« Des millions de personnes de par le monde se sont senties obligées de se faire vacciner en vertu du mythe selon lequel ‘vous le faites pour les autres’ », a déclaré M. Roos. « Or, il s’est avéré qu’il s’agissait d’un mensonge à deux sous » qui « devrait être dénoncé », a‑t‑il ajouté.

Epoch Times a contacté Pfizer pour obtenir des explications.

Ce qui a été dit

La Food and Drug Administration a écrit fin 2020 qu’il n’y avait pas de données disponibles pour déterminer si le vaccin empêcherait la transmission et la durée de la protection apportée contre le virus SRAS‑CoV‑2 à l’origine du Covid‑19.

« À l’heure actuelle, on ne dispose pas de données permettant de déterminer la durée de la protection conférée par le vaccin. Il n’existe pas non plus de preuves suffisantes pour affirmer que le vaccin prévient la transmission du SRAS‑CoV‑2 d’une personne à l’autre », a écrit la FDA.

En 2020, Bourla n’avait pas de preuve

Parallèlement, Albert Bourla, PDG de Pfizer, déclarait à cette époque que sa société n’était « pas certaine » que les personnes bénéficiant du vaccin à ARNm puissent transmettre le Covid‑19. «Je pense que c’est quelque chose qui doit être étudié. Nous n’en sommes pas certains pour le moment», expliquait-il sur NBC News en décembre 2020, en réponse à une question sur la transmissibilité.

Au mois de juin, l’ancienne conseillère médicale de la Maison Blanche, le Dr Deborah Birx, a révélé qu’il existait des preuves datant de décembre 2020 montrant que les personnes vaccinées contre le Covid‑19, notamment par Pfizer, pouvaient encore transmettre le virus.

« Nous avons su très tôt, en janvier 2021, fin décembre 2020, qu’une réinfection se produisait après une infection naturelle », a déclaré cette année aux membres du Congrès le Dr Birx, coordinatrice de la réponse au Covid‑19 de la Maison Blanche sous l’administration Trump.

Biden: «Vous n’aurez pas le Covid si vous êtes vacciné»

Un certain nombre de responsables des États‑Unis et du monde entier avaient affirmé que les vaccins contre le Covid‑19 pouvaient prévenir la transmission. Parmi eux, le président Joe Biden, en juillet 2021, déclarait : « Vous ne contracterez pas le Covid si vous êtes vacciné. »

Même Fauci a dû se dédire

En mai 2021, le conseiller médical en chef de l’administration Biden, Anthony Fauci, a déclaré dans une interview pour CBS que les personnes vaccinées étaient comme des « impasses » pour le Covid‑19. Selon lui, elles ne pouvaient pas transmettre le virus. « Lorsque vous vous faites vacciner, vous protégez non seulement votre propre santé et celle de votre famille, mais vous contribuez également à la santé de la population en empêchant la propagation du virus », a‑t‑il expliqué.

Deux mois plus tard, fin juillet de la même année, le Dr Fauci a annoncé que les personnes vaccinées pouvaient transmettre le virus.

Au cours des mois suivants, Fauci, Biden, la directrice des CDC, le Dr Rochelle Walensky, et d’autres ont changé leur discours et se sont contentés de dire que le vaccin permettait de prévenir les maladies graves, les hospitalisations et les décès dus au Covid‑19.

Nous soutenir
Votre don permet à CovidHub.ch de rester gratuit et d’assurer sa qualité éditoriale.