Plainte pénale contre le président suisse

Alain Berset, également ministre de la Santé, est attaqué par le banquier et cinéaste Pascal Najadi pour avoir dit «le certificat Covid prouve qu'on n'est pas contagieux». Alors que ses experts admettaient que c'était faux.

Partager

 

Photo: « Et on peut montrer qu’on n’est pas contagieux », affirme Alain Berset (à droite) à la TV suisse alémanique.

Au moment où Alain Berset devient Président de la Confédération, une plainte pénale a été déposée contre lui, en sa qualité de chef du Département de l’Intérieur (qui comprend la santé) pour abus de pouvoir – en diffusant de fausses informations avant le référendum sur le durcissement de la loi Covid. Les propos attaqués: en octobre 2021, il affirmait que certificat Covid permet de prouver qu’on n’est pas contagieux. Selon le plaignant, il était déjà clair à l’époque que cette déclaration était fausse.

Le site d’information suisse-alémanique Nebelspalter.ch donne des détails sur cette plainte. Elle émane de Pascal Najadi, banquier d’affaires et cinéaste, connu en Suisse pour avoir été le producteur en 2006 du film Grounding, qui a mis en lumière les coulisses de la faillite de Swissair.

«Mensonge ou négligence grave»

« En tant que ministre de la Santé, Berset a soit menti, soit commis une négligence grave », a indiqué le plaignant. Dans le viseur, la déclaration du ministre en octobre 2021 à la télévision suisse SRF: «Le certificat peut servir à montrer que vous n’êtes pas contagieux.» Cette affirmation justifiait sa politique sanitaire un mois avant que les citoyens suisses ne doivent se prononcer sur un durcissement de la loi Covid, finalement accepté le 28 novembre 2021 en votation.

«Le policier qui m’a reçu a d’abord été choqué par ma demande, explique-t-il. Je l’ai justifiée par le fait qu’Alain Berset est un citoyen comme les autres. Après s’être renseigné auprès du juge d’instruction, l’officier m’a aidé à remplir le formulaire». Déclaration citée par le média indépendant L’Impertinent.

«Dans notre pays, le peuple est souverain. Le gouvernement travaille pour lui et doit lui rendre des comptes, explique encore Pascal Najadi. Je n’abandonnerai pas. Il n’y a plus d’excuse désormais.»

Berset a contredit ses propres services

Pour étayer son propos, Pascal Najadi cite une déclaration de Virginie Masserey – alors responsable à l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) du contrôle des infections et des vaccinations – faite trois mois auparavant en conférence de presse: « Les personnes vaccinées contre le Covid-19 transmettent autant le coronavirus que les personnes non vaccinées. C’est ce que montrent les dernières études des États-Unis.»

Voir dès la minute 6:35 :

«Virginie Masserey a simplement répété ce que la task force [groupe de travail sur le Covid] avait trouvé, souligne Pascal Najadi. Berset a donc donné une fausse information à la TV quelques semaines avant la votation.» Comment le ministre a-t-il pu ignorer une information aussi importante alors que l’OFSP est sous sa responsabilité?

De plus, le fait que Pfizer n’ait pas fait d’étude sur la transmission était, semble-t-il, connu depuis le début.

Jusqu’à cinq ans de prison pour abus de pouvoir

Avec cette plainte, Pascal Najadi requiert que le ministre de l’Intérieur soit tenu pénalement responsable de son allégation. « Cette déclaration de Berset contredit l’état des connaissances connues à l’époque », note-t-il. Le Conseil fédéral est au minimum coupable de négligence grave. « Or ceci est punissable en Suisse », ajoute le plaignant.

Le code pénal suisse prévoit des peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à cinq ans ou des amendes pour abus de pouvoir. Alain Berset a contribué à une société à deux vitesses selon le plaignant, or une telle division est contraire à la Constitution. « La responsabilité doit aussi s’appliquer aux Conseillers fédéraux, pas seulement aux particuliers. » À ce stade de la procédure, la présomption d’innocence prévaut pour l’accusé.

Déjà une plainte pénale contre Swissmedic

Najadi dit avoir été encouragé à agir suite à la plainte pénale lancée mi-novembre 2022 par un groupe de 37 personnes contre Swissmedic, en lien avec l’approbation des vaccins Covid-19 (voir notre article).

Article traduit et adapté depuis l’original en allemand du site nebelspalter.ch

 

  • En savoir plus: Interview en anglais de Pascal Najadi par Tom Luongo:

Nous soutenir
Votre don permet à CovidHub.ch de rester gratuit et d’assurer sa qualité éditoriale.