Le nouveau président suisse jette le discrédit sur la stratégie anti-Covid

Depuis deux ans, nos vies sont calibrées en fonction des chiffres des infections au coronavirus et en particulier de ceux qui évoluent dans les hôpitaux. Le nombre de victimes de la pandémie sert aux porteurs de la parole publique à faire du Covid la maladie la plus mortelle depuis la grippe espagnole. Cependant, ces chiffres sont basés sur une inconnue de taille : le nombre de « vrais » morts du Covid. Et c’est le nouveau président de la Confédération qui le confirme.

A peine s’est-il vu passer le flambeau de Guy Parmelin à la tête du pays qu’Ignazio Cassis rebat les cartes du débat Covid, à son corps défendant.

Invité sur le plateau de l’émission Arena début janvier, le Tessinois a déclaré qu’on ne pouvait pas faire la différence entre les patients morts DU Covid et ceux morts AVEC le Covid. Ce qui ne semble pas le perturber outre mesure.

Lorsque Sandro Brotz, animateur de l’émission, l’interroge en ces termes: «Des patients dans les hôpitaux, même s’ils ont été admis pour autre chose, sont appelés patients Covid car testés positifs. Vous n’avez pas vraiment de vue d’ensemble.»

Il répond: «C’est normal. Quelqu’un qui meurt dans un accident de voiture et qui est testé positif est compté comme un décès Covid. Cela dépend de la définition. Des définitions ont été établies dans le monde entier, et elles doivent s’appliquer partout.» Précision apportée par la suite: c’est l’OMS qui a établi cette classification. »

Pour voir la séquence, voir aussi sur CovidHub:

Nombre de «vrais» morts du Covid: révélé au Royaume-Uni, fera-t-il tout basculer au niveau mondial?

Nous soutenir
Votre don permet à CovidHub.ch de rester gratuit et d’assurer sa qualité éditoriale.