L’heure de demander des comptes aux autorités

Face aux vérités qui se font jour, comment empêcher les gouvernements d'esquiver leurs responsabilités? En Suisse romande, des collectifs citoyens réclament aux pouvoirs publics des informations transparentes sur les données qui ont permis l'adoption, et maintenant la levée, des mesures sanitaires. S'il est peu probable que les autorités se donnent la peine d'y répondre, la démarche fera date.

Les autorités des pays occidentaux semblent plutôt, à ce stade, chercher à se dédouaner de leurs responsabilités sur l’air de « il est facile de critiquer après coup, personne ne savait ce qu’il fallait faire. » La demande d’enquête officielle émanant d’une série de collectifs suisses a valeur de test (voir ci-dessous).

Pourtant, comme l’a confirmé la dernière méta-analyse de l’Institut Johns Hopkins, les mesures de contrainte (confinements, port du masque, fermetures, blocage des frontières, distanciation sociale et autres pass « sanitaires ») se sont avérées inutiles et destructrices. Ce que que l’on savait, et c’est bien là le problème, de longue date.

  • Lire « Confinements et mesures «sanitaires» n’ont servi à rien selon le prestigieux Institut Johns Hopkins »: cliquer ici.

Il existe des connaissances, des règles et des bonnes pratiques en santé publique au sujet des stratégies permettant de gérer au mieux les épidémies.

Mesures adéquates mises en échec au profit de mesures dommageables

Comme l’ont révélé avec insistance plusieurs épidémiologistes réputés – comme les Pr Kulldorf, Bhattachary et Gupta des Universités de Harvard, Stanford et Oxford – ou encore le Pr Christian Perronne (en charge pendant quinze ans de la réponse française aux épidémies, ainsi que de sa stratégie vaccinale), les mesures adéquates ont été mise en échec, alors qu’on en imposait d’autres, que l’on savait absurdes et dommageables.

  • Voir « On a bafoué le droit et la science / Audition du Pr Perronne devant le parlement du Luxembourg sur Covidhub.ch: cliquer ici.
  • Lire « USA: deux stars de l’épidémiologie dévoilent comment Fauci et Collins sabotent la santé publique » sur Covidhub.ch: cliquer ici.

A quand un vrai bilan?

Pour mémoire, les principes impératifs des stratégies de santé publique formalisées par l’OMS en 2007 sont :

  • Les mesures limitant les droits individuels et les libertés civiles doivent être nécessaires, raisonnables, proportionnées, équitables, non-discriminatoires.
  • Elles doivent être pleinement respectueuses des droits nationaux et du droit international.
  • Les décisions publiques et leurs justifications doivent être publiées et soumises à l’examen public.
  • L’information et la communication doivent être basées sur la confiance, la transparence et l’anticipation.
  • Certaines informations seront inévitablement incertaines, et cette incertitude devrait également être communiquée de façon claire et non-alarmiste.
  • Lire le document « Considérations éthiques dans l’élaboration des mesures de santé publique face à une pandémie de grippe de l’OMS (2007): cliquer ici.

Nombre d’observateurs avertis contestent que nos autorités politiques et sanitaires se soient conformées à ces principes essentiels.

Après la phase actuelle de défensivité quant aux dérives qui se sont produites depuis deux ans, et leur impact désastreux sur les populations, on peut imaginer que se profilera tôt ou tard l’heure d’un vrai bilan.

Suisse: lancement d’une demande d’enquête

Les associations Collectif Parents Suisse et Réseau Choix Vaccinal lancent une lettre ouverte adressée aux Médecins cantonaux, aux autorités cantonales et fédérales ainsi qu’aux médias suisses.
Elle demande qu’une enquête mette à disposition du public les données, ainsi que les dossiers cantonaux qui ont permis l’introduction et la levée des mesures sanitaires.

Notamment celles qui, malgré les évolutions positives depuis décembre 2021 de la totalité des études qui se penchaient sur Omicron [voir notre article ici], ont contraint nos enfants à aller à l’école masqués, dès la 3ème année scolaire parfois.

Les auteurs de la lettre affirment entre autreLes conséquences sociales sur la population dans son ensemble et sur la socialisation des familles devront également être analysées à la lumière des données que les instances nous fourniront ou que nous devrons exiger au travers de procédures judiciaires, en vertu de la transparence des données et de l’intérêt pour le public de bénéficier d’informations correctes et, précisément, publiques.

Il convient de rappeler que tous les êtres humains ont droit à jouir d’un espace et de conditions de vie sociale suffisamment libres, d’une part dans l’absolu et eu égard aux droits fondamentaux, et d’autre part pour valider les théories du contrat social de notre législation (soumission aux règles de la collectivité en échange d’une sécurité accrue) qui ont malheureusement dévié de leurs dispositions originelles pour conduire le gouvernement à souhaiter probablement l’émergence d’un État-providence dictant ce qu’il est permis de faire à des degrés jusqu’ici encore jamais atteints, si ce n’est dans les heures les plus sombres de l’Histoire.

Dès lors, nous avons adressé un communiqué de presse aux médias suisses et vous invitons à prendre le temps de lire notre lettre, longue mais poignante»:

La lettre ouverte réclame notamment :

  1. Déclaration écrite et confirmation que la levée des mesures n’est pas liée aux demandes de la population;

  2. Déclaration écrites relatives aux dispositions des personnes concernées par l’instauration de ces mesures à démissionner, produire une lettre d’excuse ou quitter leur poste;

  3. Réponse à la présente interpellation sous deux semaines;

  4. Mise à disposition de l’intégralité des données et des raisons invoquées en interne et de façon publique pour la prise de décision des mesures sociales (port du masque obligatoire), sous forme de dossier contenant des chiffres et des éléments de nature à permettre de comprendre les facteurs ayant conduit à privilégier ce type de gestion du risque, cette interprétation du principe de précaution ; communiquer également sur l’unanimité ou non de ces décisions ; avec, par ailleurs, l’ajout de la possibilité pour les personnes qui s’étaient déclarées clairement hostiles à ces décisions d’intervenir dans le dossier, dans le débat public ou dans la réponse, au sein de la réponse officielle ou par d’autres canaux;

  5. Publication de la position officielle de toutes ou certaines autorités sur les points principaux de la présente interpellation, par voie de tout-ménage ou par voie de presse;

  6. Distribution pour information en salles des maîtres de la présente interpellation et demande d’informations;

  7. Demande de communication du nombre d’amendes (et de leurs numéros au moins masqués en partie) infligées à l’encontre des parents récalcitrants au port du masque par leurs enfants;

  8. Communication des dispositions prises pour préserver à l’avenir les couches vulnérables ou paniquées par les communiqués alarmistes des task force et/ou des médias publiques;

  9. Demande de la position du Grand Conseil sur le droit d’amender des parents pour leur désir de protéger leur enfant;

  10. Communication concernant la demande de l’ouverture d’un chantier au sujet du droit pour les parents de garder les enfants à la maison s’ils estiment que leur sécurité est compromise à l’école.

Avec le soutien de : RadioLibre, Helvetia Libera, Supercollectif, ActionSuisse, La Dernière Vague, Sifflons.ch, Association Enseignants et Educateurs, Back2Life et LibertéSuisse.
  • Lien vers le site de Réseau Choix Vaccinal Romandie : cliquer ici.
  • Lettre ouverte du 1er février 2022 à l’attention de :
    Médecins cantonaux
    Directions de l’enseignement obligatoire

    Conseillers d’État

    Office Fédéral de la Santé Publique

    Conseil fédéral

    Médias suisses
  • Télécharger la lettre au format pdf : cliquer ici.

Nous soutenir
Votre don permet à CovidHub.ch de rester gratuit et d’assurer sa qualité éditoriale.