USA: Ça sent le roussi pour les autorités sanitaires

Partager

Aux Etats-Unis, les faits et les décisions judiciaires sur l’inefficacité et les dangers des vaccins géniques s’accumulent. Ce qui commence à inquiéter les CDC (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies) et la FDA (Administration de contrôle des aliments et des médicaments).

Ces agences ont tout fait jusqu’ici pour dissimuler les résultats médiocres d’une campagne de vaccination qui devait stopper l’épidémie de Covid-19.

Avertissement solennel des Dr Malone et McCullough

Les Dr Robert Malone, inventeur de la technologie vaccinale ARN messager, et Peter McCullough, cardiologue et chercheur de réputation mondiale, lancent un avertissement solennel aux responsables: « Il va y avoir des conséquences judiciaires. Vous avez maintenant le choix: être des accusés, ou des témoins, ou même des lanceurs d’alerte. »

« Nous étions si nombreux à vouloir que le vaccin soit utile. » Invitée du département de médecine de l’université Washington le 3 mars, Rochelle Walensky, directrice des CDC, peine à cacher son embarras face à ce qui apparaît de plus en plus comme un échec aux conséquences multiples. « Je pense que nous avons peut-être eu, heu, trop peu de prudence et trop d’optimisme. »

Il semble qu’on entre dans la phase « justifications et excuses », suite aux révélations du New York Times:

Depuis le lancement de la campagne de vaccination en décembre 2020, les CDC ont recueilli des données qui n’ont pas été rendues publiques, pas plus que celles des autres régulateurs comme la FDA.

Pour encourager la population à se faire vacciner, la directrice des CDC Rochelle Walensky s’est appuyée sur la présentation des laboratoires pharmaceutiques en novembre 2020.

Une efficacité de 95% pour Pfizer/BioNTech, de 94% pour Moderna, ont été mises en avant par tous les régulateurs. Des pourcentages qui ont fait rêver tous ceux qui ont cru à ces résultats extraordinaires, laissant espérer une fin rapide de l’épidémie.

Aujourd’hui, tandis qu’une décision judiciaire a ordonné à la FDA de déclassifier toutes les données du vaccin Pfizer, l’enthousiasme a cédé la place à une réalité un peu moins idyllique : le vaccin ne prévient pas la transmission, et des inquiétudes se sont élevées autour d’effets secondaires graves, notamment les risques de myocardites et de péricardites reconnus par le laboratoire Pfizer.

Nous soutenir
Votre don permet à CovidHub.ch de rester gratuit et d’assurer sa qualité éditoriale.