Vaccins : dangers immédiats et à long terme de la 3ème dose

Deux scientifiques, le Dr Jean-Marc Sabatier et le Pr Jacques Fantini expliquent pourquoi la troisième dose vaccinale peut avoir des effets secondaires graves sur le long terme, en raison du phénomène de la facilitation de l’infection par les anticorps, baptisé en anglais « ADE » (Antibody-Dependent Enhancement).

La balance bénéfice/risque serait défavorable.

Le commentaire de CovidHub :

Cette problématique semble devenir urgente, à l’heure où les gouvernements commencent à imposer la 3e dose pour conserver son pass sanitaire, comme en France. Pour le moment, la mesure concerne les plus de 65 ans et/ou les personnes dites « à risque ». Mais si le pays suit l’exemple d’Israël l’été dernier, les autres franges de la population suivront dès l’âge de 12 ans.

La question est : les double-vaccinés en sont-ils conscients ?

Ou sont-ils toujours persuadés d’avoir fait leur « BA » selon la vision depuis démentie par les faits du vaccin miracle, et selon le message qui fut martelé en début de campagne de vaccination : le vaccin = retour à la « vie d’avant ».

Toujours est-il que selon le principe de mimétisme des politiques qui semble avoir prévalu depuis le début de la crise, il y a fort à parier que cette exigence atteindra la Suisse prochainement, si le « oui » au durcissement de la Loi Covid devait être accepté le 28 novembre prochain. Pour mémoire, le gouvernement a déjà fait l’acquisition de plusieurs millions de doses de réserve pour 2022 et 2023, dont on imagine mal qu’il ne fera pas usage.

Voir aussi sur CovidHub :

Suisse : Swissmedic autorise la 3e dose. Bientôt exigée pour conserver son pass sanitaire ?

Allemagne : 10% d’effets indésirables graves signalés suite à la 3e dose

Nous soutenir
Votre don permet à CovidHub.ch de rester gratuit et d’assurer sa qualité éditoriale.